Plutôt cerveau droit ou cerveau gauche? Les deux!

Que vous considériez ou non que le caractère d’un individu dépend de la région du cerveau qu’il utilise le plus, je reviens sur l’article d’hier, car je ne veux pas laisser penser qu’un bon spécialiste AdWords ne doit pas avoir un esprit analytique. Au contraire!

En effet, autant l’internaute qui mène une recherche sur un moteur de recherche ne voit que votre annonce, autant montrer le bon message à la bonne personne (avec une enchère juste et en prenant en compte l’heure, le jour, l’appareil utilisé, la position géographique et le terme recherché) peut représenter un défi au spécialiste AdWords dont la personnalité est avant tout créative et émotive.

Vous en doutez? Cliquez ici, entrez votre courriel et recevez, par courriel, les erreurs les plus couramment observées dans mes audits de comptes AdWords.

Quand il s’agit d’analyser des données, pour relever le défi cité deux paragraphes plus haut, avoir une passion pour Excel – pour les tableaux croisés dynamiques ou pour le fameux « VLOOKUP » – est recommandé. Cette passion, comme spécialiste AdWords, je ne l’ai pas souvent trouvée chez les rédacteurs avec lesquels j’ai collaboré.

Voyez donc comment votre fournisseur potentiel se positionne.

Il n’y a pas de problèmes à ce qu’il n’ait pas une personne qui excelle dans toutes les facettes du jeu qu’est la gestion de compte AdWords, mais c’est bien pratique quand la personne qui a votre compte en charge (qu’elle en assure la gestion seule ou avec une équipe) sait utiliser les deux hémisphères de son cerveau. Selon le cas, elle ira chercher de l’aide quand elle identifie le besoin d’être aidée par un esprit plus analytique (ou plus créatif) que le sien!

Sinon vous risquez de voir vos campagnes AdWords stagner dans le temps. Un cas trop souvent observé est celui du compte dans lequel aucune annonce réellement nouvelle – et unique – n’a été introduite dans les mois qui précèdent un audit. Dans un tel compte, la recherche d’harmonie entre ce qui se passe avant le clic – et après le clic – est aussi souvent insuffisante.

Le cas inverse se produit également. Des annonces ont bel et bien été régulièrement créées, mais la méconnaissance du concept de « Peel and Stick » et l’intérêt limité pour la mesure de performance (du gestionnaire) n’ont pas permis aux campagnes de s’épanouir!

Questions et commentaires sont bienvenus dans les commentaires.

Au plaisir,

Adrien O’Leary

Cet article fait partie du Guide « Choisir le bon partenaire Google » :

, , ,