Votre partenaire sait-il utiliser Internet pour développer ses ventes?

Aujourd’hui, une question à se poser à laquelle, encore une fois, toute réponse peut être une bonne réponse pour vous :

Votre partenaire « Google AdWords » sait-il utiliser Internet pour développer ses ventes?

Il y a quelques années, un professionnel qui vendait des services de référencement naturel publiait un classement sur le positionnement des agences montréalaises sur des expressions comme « référencement Montréal » ou « référencement Web » sur Google. En montrant du doigt comment une majorité des agences n’était pas capable de bien sortir sur ces expressions, il insinuait que ces agences étaient des cordonniers mal chaussés. Je ne me reconnaissais pas dans cette démarche. Moi-même, je génère plus de 20 % de mes ventes sur des services (de marketing d’attraction) qui ne sont donc pas de l’acquisition (ou de la conversion) de trafic payant, cela sans aucune sollicitation… et sans être positionné sur les deux expressions citées plus haut. En effet, je ne souhaite pas être trouvé par la personne qui cherche « référencement Montréal » ou « référencement Web » sur Google. Par expérience, cette personne n’est pas un bon client potentiel pour moi.

La question (du jour) n’est pas de savoir si votre partenaire Google sait utiliser AdWords pour vendre ses services AdWords, car peu importe le canal.

La question est de savoir si votre partenaire Google a lui-même pu définir (et mettre en place) une stratégie Internet qui lui permet de faire sonner son téléphone (et de ne pas avoir à distribuer ses cartes d’affaires à toutes les rencontres de réseautage en ville). Une stratégie « scalable » qui lui permet de générer le volume d’affaires qu’il souhaite générer, car on s’entend que c’est peu invitant de faire affaires avec un marketeur qui n’est pas capable d’amener des clients potentiels à faire appel à ses services. Non?

Questions et commentaires sont bienvenus dans les commentaires.

Au plaisir,

Adrien O’Leary

Cet article fait partie du Guide « Choisir le bon partenaire Google » :

, , ,