Votre partenaire est-il « dans le taxi » avec vous?

Au-delà des qualités que votre spécialiste AdWords réunit, il y a une question simple à se poser à son sujet :

Est-il « dans le taxi » avec vous?

Cela parait bête mais je travaille avec des clients qui, avant notre collaboration, n’avaient parfois pas une haute opinion des consultants.

Certains, dans des industries que l’on peut qualifier de pas sexy, ne courent ni après les belles présentations PowerPoint ni après les fournisseurs qui ne prennent pas leurs responsabilités. Dans sa lettre du mois de mars, Perry Marshall illustre la différence entre le spécialiste du marketing qui est dans sa bulle et celui qui est avec vous « dans le taxi » avec l’anecdote suivante (dont je vous offre une traduction libre ci-après).

La traduction démarre immédiatement après ce paragraphe (et est entourée par les caractères — afin que vous puissiez facilement visualiser ses limites).

Êtes-vous déjà monté dans une voiture avec un pur étranger que vous avez laissé vous conduire sur une distance de un ou dix ou 100 kilomètres?

Je l’ai fait dans des taxis à travers le monde, d’Omaha au Nebraska à Calcutta en Inde. Vous aussi? Pourquoi avez-vous fait confiance à un pur étranger pour vous conduire quelque part?

Avez-vous demandé à voir son permis de conduire?

Lui avez-vous demandé d’expliquer la procédure pour une intersection à 4 arrêts? Lui avez-vous demandé s’il avait un casier judiciaire?

Je ne lui ai posé aucune de ces questions, même si certains des taxis au Pérou étaient des épaves rouillées. Donc, comment est-ce que je savais que j’étais probablement en sécurité?

Parce que si je devais mourir, il mourrait probablement aussi.

Maintenant, imaginez un instant que vous montez dans un taxi et, qu’au lieu d’un conducteur, il y avait un ordinateur portable suspendu au-dessus du siège. Vous voyez le visage de cet homme sur l’écran.

Vous pouvez le voir et il peut vous voir. Il est sur Skype.

Il vous salue et dit :

Bonjour, mon nom est Pradesh. Je suis de Bangalore et je vous souhaite la bienvenue à la compagnie de taxi Américaine-Indienne. Je pilote cette voiture par télécommande.

Vous regardez vers le bas et voyez une boîte de commande boulonnée au plancher avec des moteurs reliés par câblage au volant et à l’accélérateur.

Il poursuit :

Cette automobile est équipée de huit caméras et d’un système de contrôle en temps réel. L’économie d’argent est substantielle parce que je suis un chauffeur de taxi indien qualifié. Je coûte seulement 2 $ l’heure et le chauffeur de taxi américain coûte 20 $ l’heure. Vous économisez beaucoup d’argent et si vous ne voulez pas que je vous embête, je ne vous parlerai pas du tout.

Resteriez-vous dans le taxi, ou le quitteriez-vous?

Comment sauriez-vous que vous êtes en sécurité?

Si la voiture s’écrase, serait-il tué?

Non. Vous mourez. Il s’en sauve.

C’est pourquoi vous ne feriez jamais confiance à un taxi conduit par télécommande. C’est un peu comme dans l’Antiquité, où le roi avait un goûteur de vin qui mourrait en premier si le vin était empoisonné.

Voilà. En quoi cette anecdote vous concerne, vous qui exploitez une petite ou moyenne entreprise dont vous êtes l’actionnaire unique (ou majoritaire)?

C’est simple.

Que vous embauchiez un travailleur autonome ou un fournisseur qui a une équipe de salariés, pourrez-vous vraiment compter sur l’heureux élu pour gérer votre compte AdWords comme si c’était le sien OU fuira-t-il ses responsabilités à la première difficulté rencontrée? Oui, oui, cela existe les fournisseurs qui trouvent toujours une personne sur laquelle rejeter la faute.

Ils disent tantôt que c’est la faute de Google, tantôt que c’est la vôtre ou celle de votre programmeur. Un peu comme le chauffeur de taxi qui vous conduit à distance et qui montrerait du doigt une connexion intermittente pour expliquer pourquoi il vous a conduit dans un mur!

Sans oublier le fournisseur qui ne fera pas un petit effort supplémentaire quand vous en avez besoin. Au onzième jour (de la série), je disais à quel point j’haïs quand un client attend de moi que je réponde en tout temps à tout appel… mais, quand un client a besoin de moi, je suis là.

En 2012, ce concurrent de Groupon (dont je parlais au treizième jour) était bien content de voir que je n’hésite pas à ajuster des campagnes depuis mon iPad, un samedi, pendant le spectacle de danse d’une nièce. Pour une offre donnée, les résultats initiaux étaient incroyables et il était donc tout à fait normal pour moi de ne pas attendre au lundi matin pour ouvrir les vannes. Non?

Alors. Votre partenaire Google est-il « dans le taxi » avec vous? 😉

Questions et commentaires sont bienvenus dans les commentaires.

Au plaisir,

Adrien O’Leary

Cet article fait partie du Guide « Choisir le bon partenaire Google » :

, , ,