Notre panel le 29 mai : À qui profitent les comparateurs de prix?

Au risque d’être tannant, ou ennuyant, je reprends – encore une fois – un extrait de Mark Joyner :

There are three, and only three, ways to increase the revenue of any business endeavor:

  1. Get your message in front of more eyeballs,
  2. Get more money per eyeball,
  3. Sell more products to your existing customers on the back-end.

Le monde sait que j’adore développer des stratégies qui vont chercher chacun de ces leviers mais, pour le dernier eCommerceCamp de la saison, nous nous attarderons au premier des trois axes avec trois panélistes de haut niveau : Virginie de Malavois, Margaux Brétignière & Alexandre Métier :

  • La première a rejoint Kelkoo, en 2003, avant son rachat par Yahoo pour 475 millions de dollars. En 2009, elle est passée dans la filiale d’eBay qui fait dans la comparaison de prix,Shopping.com. Depuis 2011, elle officie chez Lengow. Entreprise dont la solution vise à faciliter la gestion du catalogue des commerçants électroniques dans les comparateurs de prix.
  • La seconde a complété la maîtrise en commerce électronique du HEC. Elle officie, depuis, au marketing Web chez Altitude Sports. Elle y a lancé le site d’équipement de sport à rabais, La Dernière Chasse. Un de ses canaux d’acquisition de trafic étant les comparateurs de prix.
  • Le troisième, Country Manager d’AT Internet au Canada, est fan d’évaluation des performances.

Ensemble, nous aborderons – au moins – l’ensemble de ces enjeux :

Une question vous taraude l’esprit et elle n’apparait pas dans mon Mind Map? Laissez-la dans les commentaires et inscrivez-vous. Au moment où je mets cet article en ligne, il reste 13 billets réguliers. Pour celles et ceux qui n’ont pas pris part à l’une des quatre premières rencontres, sachez que ces rencontres se sont tenues à guichet fermé. Sachez aussi que nos rencontres sont garanties sans sales-pitch, même quand deux des panélistes sont aussi commanditaires de la rencontre.

Mise à jour au 25 mai 2012 : Bien content de compter maintenant Monika Hajzokova dans le panel. Elle travaille pour l’un des plus important comparateur de prix au Canada et elle fera le voyage de Toronto pour l’occasion. Nous serons ainsi capables d’aborder tous les enjeux liés au développement – rentable – des ventes grâce aux comparateurs de prix.

Mise à jour au 30 mai 2012 : Un grand merci aux participants et aux panélistes qui ont bravé la tempête tropicale qui s’est abattue hier sur Montréal. Les photos de la rencontre sont sur Flickr.

Et les diapositives de Virginie de Malavois sont sur SlideShare.

Celles et ceux qui souhaitent continuer les discussions initiées pendant la rencontre peuvent le faire ci-dessous dans les commentaires et/ou en rejoignant le groupe de LACLIQ sur Facebook.

Cédric Fontaine et moi-même nous mettons en vacances d’eCommerceCamp pour l’été. Rendez-vous en septembre pour l’eCommerceCamp Montréal 06 puis le 25 octobre 2012 à Drummondville pour un Focus20 – d’une demi-journée – consacré au commerce électronique!

P.S 1 : Ceux qui font du Web Analytics pour un site qui vend sur les comparateurs seront contents de nourrir le débat en rejoignant la discussion partie sur Digital/Web Analytics Canada – Québec sur LinkedIn : À quel endroit préférez-vous suivre votre ROI? Le back-office? Analytics? Lengow?

P.S 2: Un autre débat, absent lui de mon Mind Map mais que l’on aimera avoir avec les fans de SEO est le suivant : À celles et ceux qui font du SEO avec des commerçants en ligne en France, est-ce – selon vous – de votre ressort de développer l’acquisition de trafic « gratuit » sur Google Shopping?

  • J’ai bien hâte de voir ce panel! Ça semble très prometteur en tous cas.

  • Jean-François, un grand merci pour tes bons mots, ton inscription et la mention sur Twitter. J’apprécie et j’ai moi aussi bien hâte d’être à mardi!

  • À mardi alors!

  • J’ai bien aimé prochaine fois je me mets plus en sourdine.

    😉

  • Jonathan, merci pour tes bons mots envers Cédric Fontaine et envers moi-même. Merci aussi, surtout, pour tes contributions. Sauf erreur de ma part, tes principales réserves étaient :

    1. Le commerçant qui achète du trafic sur un comparateur de prix financerait, malgré lui, le développement d’un acteur qui viendra le compétitionner sur les engins de recherche, que ce soit via les achats de liens sponsorisés ou dans les résultats naturels. Le commerçant se ferait ainsi compétition à lui-même.
    2. Le chiffre de 7 dollars de ventes pour un dollar investi sur Shopbot que Margaux Brétignière a évoqué hier ne laisserait que trop peu de marge pour de nombreux commerçants qui n’auraient pas assez des 6 dollars restants pour couvrir le reste de leurs dépenses.
  • J’ai bien aimé également et suis contente d’avoir fait ce voyage de Toronto pour rencontrer toutes ces personnes intéressantes et pouvoir comprendre leurs enjeux. J’espère que cela vous a permis de mieux comprendre le fonctionnement des comparateurs de prix, dont Shopbot, et évaluer leur potentiel.
    Il ne faut pas aussi oublier que chaque commerçant est unique avec un catalogue et expérience utilisateur différents, $7 gagnés pour $1 investi ne doivent donc pas être généralisés et il faut prendre en compte les gains indirectes.

    A très vite, peut-être au prochain eCommerce camp, sous le ciel clair!:)

  • Monika, merci pour ton commentaire, autant pour sa première partie que pour sa seconde. Cette dernière complétant bien le second commentaire attribué (ici) à Jonathan. La conversion se passe bien sur le site du marchand et le retour sur investissement sera donc différent pour deux marchands qui vendent un même produit sur un même comparateur.